Philosophie de l’entreprise

Pour une approche globale des territoires

A l’heure du développement durable, il devient urgent de penser globalement l’aménagement des territoires : la réflexion sur le développement économique doit nécessairement être associée à celle sur le logement et les transports, la dynamique résidentielle relève tout autant de la diffusion des réseaux que des logiques foncières et des images attachées aux territoires...

Faire appel à Géoscope, c’est s’attacher les services d’une équipe spécialisée dans les problématiques liées au développement durable des territoires :

  • formée pour appréhender les territoires comme des systèmes au sein desquels les composantes économiques, sociales, culturelles et écologiques évoluent séparément et interagissent mutuellement ;

  • qui renouvelle en permanence ses connaissances afin de proposer des méthodologies innovantes capables de rendre compte du fonctionnement des parties comme du tout : relier ce qui est « tissé ensemble » pour mieux approcher la complexité de réalités multiples et de problèmes de plus en plus transversaux ;

  • soucieuse de proposer des analyses économiques, paysagères, écologiques, techniques… intégrées, articulées dans une grille de lecture originale visant à promouvoir l’urbanisme comme l’art d’habiter ensemble.

La complexification du monde -quelles qu’en soient les causes- nous contraint à opérer une totale révolution de notre façon d’observer les territoires et d’en penser l’aménagement. Cette révolution intellectuelle se nourrit de deux postulats  :

  • La Terre, lieu de vie de l’espère humaine, est un espace fini où les ressources sont épuisables et les territoires limités  ; en outre, toute action humaine a un impact sur cet écosystème complexe et fragile  : l’observation et l’analyse des interactions entre les éléments qui le constituent deviennent alors essentielles dans l’élaboration des documents d’aménagement et de programmation. Ce raisonnement transversal implique de résoudre les contradictions qui naissent de la confrontation des composantes écologiques, économiques et sociales. Ainsi les choix de développement urbain, architecturaux, de protection des espaces agricoles et des paysagers, de mise en valeur des espaces naturels dont résulteront les règlements graphique et écrit du PLU, devront être envisagés sous l’angle des principes et des interfaces qui permettent de questionner ces contradictions.

  • Par conséquent, un nouveau «  contrat social  » se dessine peu à peu, qui s’exprime clairement dans l’article L.110 du code de l’urbanisme  : si les révolutionnaires du siècle des Lumières ont matérialisé la libération de l’individu par la reconnaissance de la propriété privée comme l’un des quatre «  droits naturels et imprescriptibles de l’Homme  », à l’aube du XXIème siècle, le législateur légifère désormais que «  Le territoire français est le patrimoine commun de la nation  », confirmant par là le caractère unique et exceptionnel de ce bien commun qu’il convient à tous de partager et à chacun de protéger.

SPIP | | | Plan du site | Mentions légales |  RSS 2.0
GEOSCOPE sarl - 11 rue de l'Hospice - 19 400 ARGENTAT - 09.60.47.51.16 - contact @ geoscope.fr